Organiser un voyage de groupe en Ouzbékistan

Organiser un voyage de groupe en Ouzbékistan

Si vous êtes un comité d’entreprise ou une association et vous souhaitez organiser un team building inédit un peu plus loin du continent européen ou si vous êtes un groupe d’amis désirant faire un voyage thématique afin de découvrir de nouvelles cultures, l’Ouzbékistan vous accueille avec ses médersas, mosquées, minarets, mausolées et villes intérieures, son histoire surprenante et avec l’architecture des cités de la route de la Soie.

Faites-nous part de votre projet de voyage pour recevoir un programme et un devis personnalisés, adaptés à vos idées précises !

Nos idées de voyages pour groupes en Ouzbékistan

Ouzbékistan – Histoire et découverte

Un voyage qui vous permettra de découvrir l'histoire et la culture d'Ouzbékistan.

à partir de 1650€
Avion Hôtel 4* 11 Jours 10 Nuits
Plus de détails


Que faire lors de votre voyage en Ouzbékistan

Découvrez une liste des principales activités, monuments et musés à découvrir lors de votre voyage en Ouzbékistan

Monuments

Boukhara

On dit que Boukhara est la cité la plus intéressante du monde, grâce à son histoire tumultueuse qui nous a légué tant de vestiges, dont la plupart est concentrée dans Chakristan - la vieille ville. La Boukhara sainte étonne avec tous ses vestiges musulmanes, comme : le mausolée Samani et celui de Chashma Ayub, l’ensemble Po-i-Kalon, la médersa Abdulaziz-Khan et celle d'Ulugh Beg, érigée en 1417, la plus ancienne des trois construites par le petit-fils de Tamerlan, ainsi que la mosquée de Magok-Attor, la plus ancienne de Boukhara. La ville joyeuse vous attend pour découvrir ses bazars couverts et aussi la maison de Faïzoulla Khodjaïev, le premier chef du gouvernement de l'Ouzbékistan soviétique.
Boukhara
Monuments

Citadelle Ark

Le plus vieux bâtiment de Boukhara, la citadelle Ark, est située juste au centre de la ville, sur la place de Reghistan, devant la mosquée Bolo-Khaouz. Au Vème siècle avant J.-C., sur le territoire de la ville actuelle de Boukhara on a construit un grand château pour le fils du roi de la Perse qui avait déménagé en Asie Centrale avec son épouse, la fille d’Afrasiab. Dès lors, cette demeure a toujours été la résidence principale des dirigeants de Boukhara.
Citadelle Ark
Monuments

Khiva

Khiva est la ville mystérieuse de l'Ouzbékistan, située au bord du fleuve Amou-Daria (qui sépare l'Ouzbékistan du Turkménistan), près de la mer d'Aral. Cachée dans le désert de Kyzylkoum ("sables rouges"), c'est une des principales villes du Kharezm (région située sur le cours inférieur de l'Amou-Daria, souvent désignée comme le khanat de Khiva), qui, au début du XIIIe siècle, a été pillée par Gengis Khan. Ornée de faïence bleue, Khiva garde sa beauté architecturale extraordinaire jusqu'à nos jours. Vous y trouverez le mausolée de Pakhlavan Mahmoud (le lutteur jamais vaincu et le saint patron de la ville), construit sur son ancien atelier, ainsi que la principale mosquée de la ville, Djouma ou la mosquée du vendredi, avec ses 218 colonnes de bois sculpté qui ressemblent aux anciennes mosquées d’Arabie.
Khiva
Monuments

L’ensemble Liabi-Khaouz

Liabi-Khaouz (littéralement Rive du Bassin) est l'un des ensembles architecturaux les plus étonnants de Boukhara, datant des XVIe-XVIIe siècles. C'est le cœur de la vieille ville, bordé de vieux platanes et de mûriers pluricentenaire, ainsi que de tchaïkhana rouges, où vous pouvez boire un thé en toute tranquilité. Le complexe architectural comprend la médersa de Nadir-Divan-Beghi à l'est, le khanaka Nadir Divan-Beghi (le caravansérail pour les derviches ou pèlerins qui venaient de loin), qui comporte une mosquée cruciforme, et la médersa Koukeldach, située au nord du khaouz.  
L’ensemble Liabi-Khaouz
Monuments

L’observatoire d’Ulugh Beg

Construit au XVème siècle par le petit-fils de Tamerlan, ce bâtiment circulaire composé de trois étages comportait plusieurs instruments de mesure et d'observation. Son double quadrant tournait selon le méridien et permettait de mesurer la position des astres au-dessus de l'horizon et leur passage au méridien avec une précision inégalable. Ulugh Beg et son groupe d'experts ont imaginé des modalités de calculs pour prévoir les éclipses, ont mesuré l'année stellaire et ont calculé les coordonnées de 1018 étoiles, le premier travail de ce type après celui de Ptolémée. L'observatoire, unique dans le monde à cette époque-là, a transformé Samarcande dans la capitale de l'observation des étoiles au XVème siècle.
L’observatoire d’Ulugh Beg
Monuments

L’ensemble du Reghistan

L’ensemble du Reghistan est situé au cœur de la ville de Samarcande. C'est le plus grandiose de l'Asie centrale ou bien de tout l'islam. Son nom signifie "la place du sable", grâce au sable que le fleuve y déposait. Il nous étonne avec tous ses détails et mosaïques qui changent de nuance en fonction de la lumière de la journée. Sous Tamerlan, les six artères principales de la ville rayonnaient dans le Reghistan, réunies sous le dôme d'un bazar. Au XVème siècle, Ulugh Begle petit-fils de Tamerlan, a construit une médersa (l'une des plus grandes et anciennes d'Asie centrale) à l'ouest de la place, le caravansérail Mirza au nord et l'imposante mosquée de Koukeldach au sud. On distingue encore deux médersas au Reghistan : celle de Chir-Dor, dont le nom fait référence à ses mosaïques aux lions (qui ressemblent en fait à des tigres) et celle de Tilia-Kari, avec son intérieur aux motifs de kundal en feuilles d'or, d'ou le nom qui signifie dorée.  
L’ensemble du Reghistan
Monuments

La cité antique Ayaz-Kala

Ayaz-Kala se trouve dans la région de Khorezm, jadis fertile, l'une des premières régions viticoles dans le monde, ce qui nous est démontré par les pressoirs trouvés lors des fouilles archéologiques. La cité comprend trois forteresses aujourd'hui en ruines, construites en haut du désert de Kizilkum entre le IVème siècle avant notre ère et le VIIème siècle, au but de protéger la région contre les raids nomades.
La cité antique Ayaz-Kala
Monuments

La forteresse Kounia-Ark

Kounia-Ark (la vieille forteresse) était la résidence officielle des khans de Khiva. Son plan décrit un rectangle irrégulier, qui s'étend du nord vers le sud, le long de la muraille de l'Itchan-kala. Au XIXème siècle, la citadelle était considérée une ville dans la ville, car ici on trouvait de tout : deux mosquées, une pour l'été et l'autre pour l'hiver, un harem, un palais, des salles de réception, des étables et bien d'autres. Sur son côté extérieur, vous trouverez aussi le Kalta-Minor (le minaret court), qui fait partie de la médersa de Mouhammed-Amin-Khan. Il vous attira sans doute l'attention par sa décoration aux couleurs si intenses.
La forteresse Kounia-Ark
Monuments

La forteresse Toprak Kala

Les ruines de la forteresse la plus impressionnante qu'on trouve dans le désert de Kyzylkoum, sur la route entre la ville d'Ourguentch et la cité antique d'Ayaz Kala, à 50 km environ au nord de Khiva, sont encadrées par les montagnes de Sultan Vaïs. L'immense Toprak Kala remonte au premier siècle avant notre ère. La forteresse comprenait douze demeures claniques, chacune d'entre elles ayant la capacité d'abriter pas moins de cent personnes. A seulement cinq minutes de Toprak Kala, à l'ouest, vous allez trouver une autre forteresse, beaucoup plus petite, mais érigée sur deux niveaux : Kyzyl Kala.
La forteresse Toprak Kala
Monuments

La médersa Barak-Khan

La vieille ville de Tachkent comprend plus de vingts médersas, des établissements d'enseignement supérieur traditionnels des pays musulmans, où on enseigne le droit, la théologie et la littérature. Chaque médersa est, donc, une combinaison d'école coranique et université, comprenant un portail majestueux, une mosquée orientée vers La Mecque et deux salles de prière. Tout près du cœur de la capitale ouzbek se trouve le centre spirituel des musulmans. On distingue notamment la médersa Barak-Khan, dans la place Khast-Imam. Derrière ce bâtiment remontant au XVIe siècle il y a la mosquée Telyashayakh et sa bibliothèque, qui abrite le Coran d'Othman, connu comme la plus vieille copie du Coran du monde entier, apporté ici par Tamerlan. Il s'agit du seul exemplaire qui existe encore, d'un total de six qui auraient été rédigés au VIIe siècle, en Irak.
La médersa Barak-Khan
Monuments

La médersa Koukeldach

La médersa Koukeldach (Koʻkaldosh madrasasi) était l’une des universités coraniques les plus réputées de la capitale ouzbek. Elle a été construite au XVIème siècle, au sud du bazar Chorsu, par le vizir des sultans chaybanides. La médersa Koukeldach de Tachkent est la plus importante d'un total de 23 qu'on trouve dans la vieille ville. Littéralement, son nom signifie frère de lait, c'est-à-dire ami de cœur, une dénomination utilisée pour les dignitaires de confiance des sultans.  
La médersa Koukeldach
Monuments

La mosquée Bibi-Khanym

La mosquée de vendredi Bibi-Khanym (littéralement première épouse) a été érigée par Tamerlan pour sa première épouse, Saray Mulk Khanoum, la fille d'un khan mongol. Entre la mosquée et la médersa de Bibi-Khanym autrefois on pouvait voir le début de l'aqueduc de plomb, qui alimentait la vieille ville d'Afrasiab, détruite par Gengis Khan. Devant l'entrée de la mosquée vous allez observer la coupole bleue du mausolée de Bibi-Khanym, qui a été construit à la fin du XIVème siècle.
La mosquée Bibi-Khanym
Monuments

La nécropole de Chah-i-Zinda

La nécropole du Roi vivant qu'on trouve sur le versant sud-est de l'Afrasiab est l'un des plus importants et pittoresques ensembles architecturaux de la Samarcande médiévale. C'est un chemin cimétière, une rue bordée de tombeaux, qui autrefois menait jusqu'à l'entrée à la ville antique. La nécropole de Chah-i-Zinda comprend onze mausolées, le premier construit (XIème siècle) étant celui de Qassim-ibn Abbas, le missionnaire musulman et cousin du Prophète, le protecteur de Samarcande. Le suivant, celui de Khodja Akhmad, a été érigé trois siècles plus tard, à l'extrémité nord.
La nécropole de Chah-i-Zinda
Monuments

La nécropole Tchor Bakr

L'imam Abou Bakr Said, le descendant du Prophète a été enterré à 7 km à l'ouest de la ville de Boukhara, à côté de ses trois frères, d'où la renommée de cet endroit saint, qui a attiré au fil du temps de nombreux fidèles. Tout au centre du site on a construit au XVIème siècle la mosquée, la médersa et le khanaka. L'allée des quatre (tchor) tombes nous rappelle de la nécropole Chah-i-Zinda de Samarcande. 
La nécropole Tchor Bakr
Monuments

Le bazar de Samarcande

Même si aujourd'hui les aliments n'y arrivent plus à dos de chameau, au bazar de Samarcande on trouve encore les saveurs du passé, grâce aux vingts sortes de pain traditionnel sans ferment et à la multitude d'épices vivement colorés, ainsi qu'aux fruits très variés, dont on distingue les raisins kichmich. Le bazar se trouve tout près de la mosquée du venderedi Bibi-Khanym et constitue le cœur de la ville. Dans la partie ouest, vous trouverez une belle tchaïkhana où vous pourrez boire un thé et reprendre votre souffle. Pas loin du bazar on aperçoit l'extrémité sud-ouest de l'Afrasiab, où on trouve la mosquée Khazret-Khyzr.
Le bazar de Samarcande
Monuments

Le mausolée de Saint Daniel

Situé au bord de la falaise nord d'Afrasiab qui donne sur la rivière Syab, à côté d'un ressort médical, le long mausolée de Saint Daniel comprend cinq coupoles. C’est le seul lieu de Samarcande qui rassemble les trois confessions, musulmane, chrétienne et juive. La légende nous dit que l’apparition de la tombe de Khodji Donior (Saint Daniel) est liée au désir de Tamerlan de donner la protection et la prospérité à la ville de Samarcande et à ses habitants par l’esprit de Daniil, un de grands prophètes judaïques.
Le mausolée de Saint Daniel
Monuments

Le palais d’Ak-Saraï (“le palais blanc”)

Le palais d'Ak-Saraï, dont le nom signifie palais blanc, n'était pas blanc en fait, mais azur et bleu foncé. Dans ce cas, l'épithète "blanc" est utilisé dans son sens figuratif, signifiant "noble". C'est un grand monument architectural de l'Asie centrale de la fin du Moyen Âge, construit sous l'ordre de Timour, dont on peut admirer aujourd'hui seulement l'immense portail, qui au début mesurait pas moins de 71 mètres, l'hauteur étant une caractéristique de l'aspect politique de l'architecture timouride, fait démontré par l'inscription du portail : Si tu doutes de notre pouvoir, regarde nos bâtiments.
Le palais d’Ak-Saraï (“le palais blanc”)
Monuments

Le palais de Sitora-i-Makhi-Khossa

Le palais d'été ou l’ensemble d'habitations et de salons officiels du Sitora-i-Makhi-Khossa (littéralement comparable aux étoiles et à la Lune) est beaucoup plus nouveau que les autres monuments architecturaux de la ville de Boukhara, datant du début du XXème siècle. Le palais a été érigé par les Russes, pour l'émir Alim Khan et aujourd'hui il nous montre le mélange de styles traditionnels de l'Asie centrale et russes d'un émirat captif entre deux époques.
Le palais de Sitora-i-Makhi-Khossa
Monuments

Samarcande

La capitale d’une des plus grands empires de l’histoire d’Asie centrale, celui des Timourides, est née presque en même temps que Rome. Située dans un paysage de collines de lœss fertile, la ville est cernée de canaux de dérivation, le plus récent étant le Siyāb (littéralement "eau noire"), qui borde l'abrupt de la cité. Samarcande représente un carrefour des cultures du monde entier, qui est inscrit dans le patrimoine mondial de l'Unesco. Riche en monuments historiques, ses incontournables sont : l’ensemble du Reghistan avec ses trois médersas, la grandiose mosquée du vendredi Bibi-Khanym, érigée par Tamerlan, l'ensemble de Chah-i-Zinda et celui de Gour-Émir, l’observatoire géant d'Oulougbek, la mosquée de Khazret-Khyzr, construite au côté sud d'Afrasiab, le musée d'Afrasiab et le mausolée de Donyior (Saint Daniel), situé dans la partie nord d’Afrasiab. N'oubliez pas le bazar de la ville, célèbre pour ses galettes, fruits frais et secs, les ateliers de tapis et de papier de soie ou ceux de céramique.
Samarcande
Monuments

Tachkent

Situé à l'extrémité nord-ouest du Tian Shan, sur la rivière Tchirtchik, Tachkent, dont le nom signifie ville de pierre, est un centre administratif, culturel, scientifique, politique et industriel (mécanique, textile, chimie, alimentation) d'exception, ainsi que le principal nœud ferroviaire de l'Asie moyenne. Vieille de 2000 ans, la capitale de l'Ouzbékistan est l'une des plus anciennes cités d'Asie centrale. Grâce à sa position de passage commandant l'accès à des voies d'importance stratégique et commerciale, près de la frontière avec le Kazakhstan, juste au carrefour des routes caravanières qui reliaient l’Inde au continent européen, la ville a toujours été un centre commercial d'exception. Cette oasis située sur la route de la Soie abonde en places immenses (comme celle d'Amir Timour), fontaines, parcs et monuments architecturaux. Découvrez-les en vous promenant à travers le labyrinthe en pisé de la vieille ville, les allées de peupliers et les rues piétonnes, notamment celle de Khamza.
Tachkent
Monuments

Ville intérieure Itchan-Kala

Autour d'une petite place située près de la porte Est, vers le milieu du XIXème siècle, un centre administratif et commercial a été construit, comprenant plusieurs édifices aux diverses fonctions. Itchan-Kala est, donc, la ville intérieure, qui se dresse derrière les hauts murs en brique de l'ancienne oasis de Khiva, la dernière étape des caravaniers qui devaient traverser le désert, dans leur route vers l'Iran. Le temps a mis son empreinte et on a réussi, donc, à conserver peu de monuments très anciens, mais cette "ville dans la ville" nous montre encore les particularités de l'architecture musulmane de l'Asie centrale, avec plusieurs vestiges remarquables, comme : la mosquée Djouma, les mausolées, les médersas et les deux palais magnifiques, que le khan Alla-Kouli a édifiés au début du XIXème siècle.
Ville intérieure Itchan-Kala
Monuments

Ville natale de Tamerlan

Chakhrisabz, qui signifie noyé dans la verdure, grâce à ses nombreux jardins, est la ville natale de Tamerlan, le fondateur de la dynastie des Timourides et le conquérant impitoyable d'une grande partie de l'Asie centrale et occidentale, comprenant l'Ouzbékistan, l'Arménie, la Géorgie, l'Afghanistan, l'Irak et l'Iran d'aujourd'hui. Découvrez tous les vestiges de la ville auparavant nommé Kech, parmi lesquels le palais "blanc" d'Ak-Saraï, la grande mosquée du vendredi Kok-Goumbaz ("la coupole bleue"), érigée par Ulugh Beg et l'ensemble religieux de Dorut Tilovat ("Maison de Méditation").
Ville natale de Tamerlan
Activités / Excursions

Atelier de céramique

Sur la route de Boukhara vers Samarcande, à Gijduvan, on trouve un atelier de céramique protégé par l’Unesco, où le savoir faire est transmis de père en fils : toute la famille de Narzullaev réalise des piala aux motifs et couleurs traditionnels. Ils vont vous montrer et même expliquer leur technique utilisée depuis six générations.
Atelier de céramique

L’AGENCE DESTI-NATIONS EN BREF

Voyages 100% sur mesure

Garanties et sécurité

Avis clients 9,6/10

Réductions importantes

De nombreux avantages
Plus de détails